Hommage à Albert Lecocq

Publié le par Laurent Ridel

Au début du mois de mars, je publiait mon précédent article quand j'appris la mort d'Albert Lecocq. Je le connaissais depuis deux ou trois ans. Notre rencontre remonte à la période où je faisais des recherches sur le château de Bois-Arnault (la motte castrale près de l'église plus exactement). Pour obtenir des informations historiques, on m'avait invité à prendre contact avec Albert Lecocq. Il était considéré comme la référence pour tout ce qui concernait Rugles et ses environs. Ancien conseiller municipal et clerc de notaire, il consacrait sa retraite à écrire différents livres sur sa commune d'adoption. Il venait en effet d'un village de la Campagne du Neubourg mais il habitait Rugles depuis 1957.

M. Lecocq s'est empressé de me fournir le résultat de ses recherches sur Bois-Arnault. J'ai découvert un homme d'une grande gentillesse et passionné comme moi par l'histoire. C'est tout naturellement que nous nous sommes ensuite revus régulièrement chez lui. Il ouvrait ses nombreux dossiers, glissait une feuille en ma direction, et me disait  « Tiens, lis ça, ça peut t'intéresser ». Il m'apportait ainsi des informations sur l'histoire de la Vieille-Lyre et de la Neuve-Lyre tandis que je l'aidais dans ses nombreuses recherches. Car de nombreuses personnes faisaient appel à lui pour retrouver un ancêtre, connaître le passé d'un lieu, identifier un vieux tableau ou un objet. Son ancien métier l'avait rendu familier avec les vieux actes notariés. Malgré la maladie, il gardait une bonne humeur, ravi de raconter une nouvelle anecdote ou de partager sa dernière découverte.

Je l'ai revu quelques semaines avant sa mort. Sentant la fin, il m'a alors confié : « si j'avais eu une vingtaine d'années en moins, on aurait fait une belle équipe tous les deux ». Il avait 86 ans.

Publié dans Divers

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article